Être au service des médecins dans l’intérêt des patients, c’est l’engagement de l’Ordre des médecins.


Organisme de droit privé chargé d’une mission de service public, l’Ordre défend l’honneur et l’indépendance de la profession médicale qu’il représente auprès de l’ensemble de la société française (pouvoirs publics, citoyens…). C’est la seule institution française qui rassemble et fédère l’ensemble des médecins, quel soit leur statut, leur âge, leur mode d’exercice, leur spécialité…

  • L’Ordre des médecins est chargé, par la loi, de veiller au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine et au respect, par tous les médecins, des principes du code de déontologie médicale.
  • L’Ordre des médecins est garant de la qualité des soins offerts à la population. À ce titre, il est l’interlocuteur privilégié des patients. Il œuvre, au quotidien, pour préserver la qualité et la singularité de la relation médecin-patient qui est l’un des éléments fondateurs de notre système de santé.


Un fonctionnement démocratique


Les membres des conseils de l’Ordre sont élus par les médecins pour six ans. Ils sont renouvelés par moitié tous les trois ans.
• Tous les médecins sont électeurs et éligibles, dès leur première inscription au Tableau.
• Les conseils départementaux élisent les membres des conseils régionaux et du conseil national.
• Chaque conseil départemental, chaque conseil régional, élit son président, son bureau et les membres de ses commissions, à l’instar du conseil national.



Une présence sur tout le territoire


Pour être au plus près des attentes de la population, des médecins et des pouvoirs publics, l’Ordre des médecins est présent aux trois échelons administratifs français :

 

 

Le conseil départemental

Le conseil départemental remplit un pouvoir administratif  (inscription des médecins après avoir vérifié leur qualification, tenue du Tableau, examen et contrôle de tous les contrats conclus par les médecins, délivrance des autorisations de remplacement, organisation de la permanence des soins…).

  • Il joue aussi un rôle d’entraide et de conseil aux médecins…
  • Il est l’interlocuteur des pouvoirs publics au niveau départemental.
  • Il ne dispose pas d’un pouvoir disciplinaire, mais transmet les plaintes déposées à l’encontre des praticiens de son ressort à la chambre disciplinaire de première instance qui siège auprès du conseil régional de l’Ordre.


Le conseil régional

le conseil régional de l’Ordre est l’interlocuteur des instances régionales du système de santé, notamment les agences régionales de santé (ARS) créées par la loi Hôpital, patients, santé et territoires.

Il s'y trouve accolé la Chambre disciplinaire de première instance.


Le conseil national

le conseil national coordonne et harmonise l’activité de tous les conseils ordinaux. Il agit aux niveaux administratif et juridictionnel. Il est aussi l’interlocuteur des instances ministérielles et des organismes de santé nationaux.

Il s'y trouve accolé la Chambre nationnale d'appel en matière disciplinaire